Menu Close

« ON VERRA ÇA DEMAIN… » N°9 : la fin du site web ?

En tant qu’agence digitale, nous sommes souvent interrogés sur l’avenir de notre métier. Quel sera le site internet du futur ? Le site internet existera-t-il encore demain ? Si notre métier, tout comme une stratégie digitale, ne se résume pas au seul site internet bien sûr, celui-ci est toujours l’objet de mutations importantes révélatrices des évolutions du monde numérique dans sa globalité.

Dans cette chronique, nous vous proposons de faire un tour d’horizon des phénomènes qui entrent en concurrence avec le site internet.

La plateformisation
L’expression « plateformisation » peut s’entendre comme le mode selon lequel on peut accéder à du contenu éditorial, avoir accès à une offre commerciale ou entrer dans un processus de conversion par un site intermédiaire sans jamais transiter par le site source « original » (1). Aujourd’hui, une grande partie de l’audience digitale est canalisée par les plateformes, elles sont multiples : médias sociaux, sites de l’économie collaborative, Online Travel Agency… Digitalement parlant, il est extrêmement difficile, pour un annonceur ou une marque d’exister, d’obtenir de la visibilité, de prendre la parole ou de pousser à la conversion sur ses offres sans passer par Facebook, Twitter, Snapchat, Booking… Les plateformes finissent par cloner les contenus des éditeurs, et se substituent au site d’un quotidien ou un site d’un hôtel en devenant « contenant universel ».

La nouvelle distribution du contenu
Une des meilleures illustrations de la plateformatisation en cours est celle du formatage des contenus. Facebook Instant Articles (2 ) permet une consultation des articles d’un quotidien directement dans Facebook selon une mise en page dédiée et une rapidité d’accès optimisée. De son côté, Google AMP (3) facilite depuis ses résultats de recherche l’accès au le contenu d’un site web de manière optimisée et allégée. La priorité est donnée à l’essentiel, donc au contenu, à la facilité d’accès et à la rapidité de chargement. Tous les éléments d’habillage sont caduques.

Fil, flux, feed et mobilité
Depuis le succès et la position dominante des réseaux sociaux, la logique de présentation du contenu sous forme de « fil » (comme on le dans l’expression « un fil Twitter ») associée à l’augmentation des usages mobiles ont imposé « la verticalité » ou « l’étagement » (4) des contenus. Cela a, en outre, donné lieu à une culture permanente du scrolling. Celui-ci devenant une sorte nouvelle interface universelle de lecture (5).

La rétention de l’utilisateur
Si vous pratiquez Snapchat, vous savez peut-être ajouter un utilisateur (ami, marque, institution…) par l’intermédiaire de son snapcode (le petit carré jaune qui le représente fait office de QR code). Aujourd’hui, en flashant le snapcode de l’utilisateur, il est possible d’afficher un navigateur natif dans l’app avec lequel vous pouvez consulter le site web défini par cet utilisateur. Un peu compliqué finalement me diriez-vous ? Et vous auriez raison. Néanmoins, en délivrant une fonctionnalité permettant de lier l’application au site internet mobile de ses utilisateur sans quitter Snapchat, le réseau se donne la possibilité de retenir l’utilisateur sur son canal. Cette forme de rétention utilisateur peut sembler artificielle, elle montre le désir des plateformes à « absorber » la source des contenus en concurrencant jusqu’à la raison d’être des navigateurs. D’autres plateformes suivront-elles ? Se dirige-t-on vers l’idée de micro-dispositifs, de mini-sites directement intégrés au cœur des réseaux sociaux comme portes d’entrée vers des contenus profonds sur le site éditeur ?

Mobilité  & Micro-moments
Aujourd’hui la moitié de l’audience digitale est réalisée sur un device mobile, et particulièrement sur un smartphone. La mobilité des usages a créée une forme d’accés aux contenus digitaux de manière très fragmentée. En moyenne, chaque jour, nous passons 177 minutes sur nos smartphones lors de session d’usage extrêmement courtes d’environ 1 minutes 10 secondes (6). C’est lors de séquence de ce genre que nous cherchons tout type d’informations et de données (un horaire de train, l’adresse d’une boutique, la disponibilité d’un article, etc.), ou que nous menons nos actions digitales ( finalisation d’une commande, achatrecherche d’un hébergement pour un futur voyage, …). Ce contexte implique une réponse éditoriale qui doit être adaptée.

Bots, conversation, assistance &  transaction
Nous parlons régulièrement de ce sujet dans les colonnes de ce blog car c’est un enjeu incontournable des prochaines semaines. Par Bot (contraction de Robot), on designe un mode de relation au contenu digital « intermédiarisé » par un canal de messagerie (Facebook Messenger, Kik, Line, Telegram, Twitter Bot, Slack,Skype, Viber, WhatsApp, WeChat) où une solution automatisée délivre l’information recherchée. La portée de cette technologies se diffuse sur trois piliers : le conversationnel, l’assistance et le transactionnel. Certains chatbots, comme celui de France Info par exemple (7)permettent d’être alerté sur des informations personnalisées choisi par l’utilisateur. C’est le contenu qui vient vers le client de manière encore plus directe qu’une newsletter, et cela par un simple clic sur une notification. Le bot KML centralise tout le contenu du customer journey (confirmation de réservations, notification d’enregistrement, carte d’embarquement, billet, etc.). Sur WhatsApp, Les Hotels Hyatt ont crée un mode de conciergerie complémentaire qui peut être activité au bon moment (vérification de réservation avant l’arrivée, confirmation du transfert depuis l’aéroport, checkin/out, service en chambre). Quant au chatbot d’Expédia, il offre la possibilité de réserver une chambre d’hôtel pendant que celui de Spring permet de trouver et d’acheter des vêtements adaptés au goût de l’utilisateur.

L’interface sans écran
En parallèle des technologies de type Bots, les services pilotés par reconnaissance et commande vocale arrivent à maturité. Amazon Echo, couplé à l’AI Alexa, ou Google Home, basé sur le search maison, sont des appareils domestiques sollicitables à volonté. Ils délivrent des information comme la météo, des idée recettes, une recherche sur wikipédia, l’adresse d’un nouveau restaurant dans le quartier. Ils permettent d’appeler un Uber, de commander une pizza de chez Domino’s ou d’écouter de la musique depuis Spotify. Ils sont aussi des hubs domotiques domestiques. Bref, ils remplacent l’écran, le navigateur et l’action de rechercher dans google en privilégiant un internet vocal et sonore.

Le site internet n’existe déjà plus
En regardant de plus près, le site internet n’existe déjà plus vraiment en tant que tel, il n’est qu’un type de canal parmi d’autres. Les displays sont variés (desktop, smartphones, tablette, TV connecté, bornes, etc.)  et les contextes d’utilisation sont multiples. Cela favorise des modes de relation au contenu et à l’information efficace, simple et beaucoup plus affinitaires. Il ne faut cependant pas oublier que le site web donne l’occasion d’un branding beaucoup plus complexe que sur les  plateformes. Celle-ci étant tributaires du site comme source.

On peut estimer qu’à moyen terme, le site internet peut encore rivaliser avec les différents phénomènes évoqués dans cette chroniques mais il doit évoluer. Ce sont les usages qui doivent inspirer cette évolution. Comme le suggère Francois Houste (9), regardons par exemple autour de nous « dans les transports en commun notamment – car oui, on revient au micro-moments. Regardez la consultation que font les usagers d’un Instagram ou d’un Facebook. On peut résumer cela très rapidement et facilement :
– Scroll, jusqu’à identifier très vite une image qui attire mon attention
– Clic, sur l’image pour la voir en plus gros plan ou consulter le contenu qui y est attaché.
– Like, ou pas suivant l’intérêt du contenu.
– Scroll, retour à la première étape du scénario »

Nous soumettons à votre jugement quelques pistes d’évolution de vos dispositif vers le site web de demain :

+ de scrolling : avec l’augmentation des usages mobiles, naviguer dans les rubriques d’un site est devenu inconfortable pour l’utilisateur. Il faut favoriser les usages clés et mettre en place une architecture peu profonde.

+ de hors-connexion :  Tout ce qui permet de contrer les effets de rupture liés à un contexte de connexion dégradé permet de maintenir un minimum d’expérience pour l’utilisateur. Nous en parlions récemment dans une chronique de ce blog (« On verra ça demain… » N°6 : naviguer en mode hors-ligne) , des solutions d’enregistrement en local des parcours clés de l’utilisateur devraient se développer dans un avenir proche.

+ de live : le live est partout chez les réseaux sociaux. c’est la conséquence d’une culture de l’immédiateté toujours plus personnelle. Les annonceurs auront intérêt à intégrer des passerelles de ce type dans leurs dispositif.

+ de contexte : les informations et les contenus vont s’adapter en direct aux besoins et à la localisation de l’utilisateur afin de délivrer l’expérience la plus pointue possible (A ce sujet, reporte-vous à notre Livre Blanc : Optimiser la conversion sur mobile via le « context design »)


Références :

(1) Virginie Clève. Plateformisation du contenu : le site web va t’il mourir ? Café Numérique,  2 décembre 2016 [consulté le 21 janvier 2017]. http://www.cafe-numerique.com/marketing-produit/plateformisation-contenu-site-web-va-til-mourir-878

(2) Pour en savoir plus : https://instantarticles.fb.com

(3) Pour en savoir plus : https://www.ampproject.org/fr/ & https://googleblog.blogspot.fr/2015/10/introducing-accelerated-mobile-pages.html

(4) Eric Nuevo. A quoi ressemblera votre site web en 2017. Siècle digital, Le Figaro, 6 février 2017 [consulté le 7 février 2017]. https://siecledigital.fr/2017/02/06/tendances-site-web-design-2017/

(5) François Houste. Internet, les micro-moments et les nouveaux formats narratifs. Plug- Think, 3 mai 2016 [consulté le 7 février 2017]. http://www.plug-think.com/2016/05/03/internet-les-micro-moments-et-les-nouveaux-formats-narratifs

(6) Micro-Moments: Your Guide to Winning the Shift to Mobile [En ligne]. Google, septembre 2015 [consulté le 29 juillet 2016]. Page 3. https://think.storage.googleapis.com/images/micromoments-guide-to-winning-shift-to- mobile-download.pdf

(7) A ce sujet, Lire notre chronique : « On verra ça demain… » N°3 : La livraison d’information de plus en plus automatisée

(8) A ce sujet, Lire notre chronique : « On verra ça demain… » N°7 : le smartphone sans écran

(9) François Houste. Internet, les micro-moments et les nouveaux formats narratifs. Plug- Think, 3 mai 2016 [consulté le 7 février 2017]. http://www.plug-think.com/2016/05/03/internet-les-micro-moments-et-les-nouveaux-formats-narratifs

 

 

 

 

H-5 17/02/2017 

#weekfocus
 Amazon voit son avenir avec de l’intelligence artificielle
 Pour Leroy Merlin, 2017 sera l’année de l’omnicanalité
 Les Français sont prêts à accepter des mesures automatiques… d’émotions

#digital
 1 Français sur 2 regarde désormais YouTube tous les jours
 1350 milliards de dollars dépensés sur les wallets mobiles en 2017 (+32%)
 Etude : L’état des paiements et du commerce mobile

Lire la suite

ID TALKS EPISODE 02 : Le tourisme durable

Dans cet ID TALKS N°2, Guillaume Cromer (@ID_Tourisme) nous invite  à nous pencher sur la question du tourisme durable. A découvrir ci-dessous :

« On verra ça demain… » N°8 : les drones et la bataille du dernier mètre

Avec le développement considérable du Ecommerce dans les 20 dernières années, la pression sur la phase de livraison est un sujet particulièrement critique pour tous les Ecommerçants et les logisticiens. Toutes les étapes de la supply chain ont fait l’objet d’optimisations intenses. Depuis quelques années, le sujet se concentre sur les projets de livraison par drone . L’un des projets les plus connus est celui d’Amazon Prime Air, un mode de livraison concurrent du fret routier. L’idée est que les drones se positionnent sur la bataille du dernier mètre : comment optimiser la dernière étape, maillon clé du développement du commerce électronique, celle de la livraison chez le destinataire final (particuliers, entreprises, Points relais…)

Lire la suite

H-5 03/02/2017

#weekfocus 

 Google et Facebook cannibalisent les deux-tiers du marché digital français
• Slack lance  Slack Enterprise Grid
 Amazon grignote le search
 Les programmes des candidats à la Présidentielle concernant le numérique

#digital
 Attitudes des générations face aux évolutions de communication
 Rapport Deloitte sur la transformation digitale des PME en France

Lire la suite

ID TALKS EPISODE 01 : La France, une destination tendance ?

Guillaume Cromer (@ID_Tourisme) lance ses ID TALKS en vidéo sur YouTube. Dans ce premier épisode, il dresse le constat que la France est trop rarement présente dans les différents classement des destinations à visiter (Rough Guides, Lonely Planet, Vogue Hottest destinations , Bloomberg, NYT 52 places to go), et lance un appel résolument non-résigné à activer ce type important de leviers de promotion.

« On verra ça demain… » N°7 : le smartphone sans écran

L’iPhone a marqué une décénie par son design et son interface. De nombreux designers, comme Ora Ito par exemple, ont déclaré qu’ils auraient aimé être à l’origine d’un device aussi universel, globalisé et intime. Depuis quelques semaines, c’est Philippe Starck qui semble vouloir esquisser ce qui pourrait être notre compagnon digital de demain. Associé à Jerome Olivet, autre designer de renom, il propose un concept de smartphone du futur radicalement différent de ceux qui peuplent notre quotidien : Alo (1)

Alo est un smartphone sans écran, basé sur la projection d’hologrammes et entièrement exploité par commandes vocales. Il épouse parfaitement la forme de la main de l’utilisateur de manière naturelle grâce à l’emploi d’un gel de synthèse translucide auto-réparable. Après des années de minimalisme pur et dur, dont l’iPhone est sans doute le paroxysme, Alo renoue avec le geste presque archaïque de la prise en main classique d’un téléphone à la différence près que le corps entier du device deviendrait interface toute entière. Le boîtier est conçu pour fonctionner comme une liaison haptique totale donnant de la rétroaction par chaleur, pression ou vibration.

Lire la suite

H-5 27/01/2017

Digital, social, mobile : les chiffres 2017
L’étude We Are Social montre que le digital rencontre de nombreux leviers de croissance, et particulièrement en provenance du mobile.

http://wearesocial.com/fr/blog/2017/01/digital-social-mobile-les-chiffres-2017

 Le nombre d’internautes a augmenté de 10 % en 2016, soit 354 millions de plus qu’en 2015 ;
 Le nombre d’utilisateurs actifs des réseaux sociaux a augmenté de 21 %, soit une augmentation de 482 millions par rapport à 2015 ;
 Le nombre d’utilisateurs uniques mobiles a augmenté de 5 %, soit 222 millions de nouveaux utilisateurs sur les 12 derniers mois ;

 Le nombre d’utilisateurs mobiles des réseaux sociaux a augmenté de 30 %, soit une augmentation impressionnante de 581 millions en 2016.
 Plus de la moitié de la population mondiale utilise désormais un smartphone ;
 Près de deux-tiers de la population mondiale possède un téléphone portable ;
 Plus de la moitié du trafic internet mondial s’effectue désormais à partir de téléphones mobiles ;
 Plus de la moitié des connexions mobiles dans le monde sont désormais à haut débit.

#C2iS
 Nouveau C2iS.fr
 Les chroniques « On verra ça demain… » sur le blog

#digital
 Le contexte est un éléments clé dans le développement des système mobiles à l’attention des voyageurs (anglais)
 FWA et AWWWARDS fusionnent pour créer les FAWWWARDS

Lire la suite

« On verra ça demain… » N°6 : naviguer en mode hors-ligne

La gestion du mode hors-ligne est très courant dans le domaine des apps. Abonné de Spotify Premium par exemple, vous pouvez enregistrer un certain nombre de contenus sur votre smartphone pour une écoute en contexte de connexion à internet dégradé (voyage aérien, déplacements en train, trajet en métro, traversée d’une zone hors-couverture, tourisme à l’étranger, etc.). Cette opportunité nécessite la décision et l’action de l’utilisateur. Nous allons voir dans ce brief comment la gestion du mode hors-ligne a inspiré des innovations utilisateurs. Cela dans la perspective de délivrer une expérience qualitative quand il n’y a pas de réseaux, et sans manipulation nécessaire de la part de l’utilisateur.

On peut penser que dans un futur proche, la possibilité d’utiliser des modes de navigation « hors connexion » devrait se développer plus largement sur navigateur mobile. Cela irait dans le sens d’un service client augmenté. Récemment, c’est du côté des progressive web apps (PWA) (1) que sont apparus des innovations utilisateurs.

Lire la suite

En 2017, entrez dans la conversation !

Faites passer le mot, en 2017 la tendance conversationnelle sera sur toutes les lèvres ! Bienvenue dans l’ère des bots !
Les bots (contraction de « robots ») ou agents conversationnels vont enrichir la façon dont vous interagissez avec les annonceurs et les marques. Ils permettent de lancer une conversation et de répondre à vos requêtes. Vous le faites déjà avec Apple Siri ou Google Assistant !

Le taux d’adoption des applications de messagerie instantanée telles que Facebook Messenger, WhatsApp, WeChat ou encore Kik montrent la puissance de ce canal. « Chatter » avec un bot apparaît donc être un bon moyen de mettre à disposition des clients un premier niveau d’accueil digital 24h/24.

Nous pensons que les usages conversationnels ne tarderont pas à se démocratiser. Déjà, de nombreuses marques et de nombreux médias (Voyages SNCF, KLM, Lufthansa, Val Thorens, France Info, etc.) ont décidé de délivrer de l’information essentielle et ultra-personnalisée via des canaux de ce type. Autant de nouveaux leviers dans l’amélioration de la relation client et dans le développement des points de contact qui vont dans le sens d’un service augmenté.

Notre mission d’agence sera toujours de partager nos convictions et nos engagements avec nos clients et de nos partenaires, et d’évoluer en conséquence.

C’est dans cet esprit de partage, d’échange, de cheminement des idées que nous avons puisé l’inspiration pour nos vœux de nouvelle année !

> Découvrir les vœux 2017

jordan 12 cherry jordan 12 cherry jordan 12 cherry jordan 12 flu game jordan 12 flu game jordan 12 flu game jordan 12 french jordan 12 french jordan 12 french jordan 12 gym jordan 12 gym jordan 12 gym jordan 12 ovo jordan 12 ovo jordan 12 ovo jordan 12 unc jordan 12 unc jordan 12 unc jordan 12 wings jordan 12 wings jordan 12 wings