Notre équipe C2iS s’est rendue au salon des objets connectés à Lyon, le SIdO. Un évènement d’ampleur nationale pour tous les experts en digital.

Affichage de  en cours...

Le 7 et 8 avril c’était le salon des objets connectés (IoT) : le SIdO, à la Cité Internationale de Lyon. Nous y étions présents et nous vous en restituons le meilleur à travers cette 20ème weeknote ! Différents secteurs se sont distingués au salon par l’expérimentation, l’innovation et l’avancée dutraitement des données. On retiendra les secteurs de l’automobile, de la santé et du sport ainsi que le tourisme et rétail…

L’enjeu de la data et de la participation

Malgré des interrogations sur l’éthique relatif à la récupération des données personnelles, la data reste au coeur des dispositifs d’objets connectés. La captation de données permet un renouveau de la relation client toujours plus personnalisée avec bien sûr en ligne de mire l’amélioration de la satisfaction à chaque étape et l’anticipation des tendances et besoins.
Aujourd’hui la récupération des données a beaucoup mûri dans l’esprit du consommateur qui prend conscience que la gratuité ou la qualité du service s’échange contre la mise à disposition de ses données : c’est donc dugagnant-gagnant entre la marque et son consommateur…

Cas pratique, issu du SIdO :

La ville de Paris et la Métropole de Lyon s’attachent à expérimenter des innovations technologiques directement auprès des citoyens. Un travail en collaboration avec ses citoyens permet de rester au contact de la population et d’avoir un retour immédiat sur les dispositifs mis en place. Par exemple, la création d’applications et d’objets dédiés à la détection des anomalies de l’urbanisme ou pour la végétalisation des espaces urbains. Dans ces cas, il faut savoir passer d’une logique ludique et individuelle à une logique collective par le rassemblement des données dégagées.

L’enjeu du service

Entendu et répété au salon : les objets connectés doivent avoir pour but de rendre un service à l’utilisateur, de “SERVICIALISER” l’offre. La restitution des données récoltées doit se faire sous forme utile pour le client pour apporter une vrai qualité de service et assurer son succès. La typologie des services oscille notamment entre coaching et conseil ou alertes et notifications. En bref il s’agit d’apporter une véritable valeur ajoutée, différenciante par rapport à l’objet initial non connecté, pour pérenniser son usage dans le temps.

Cas pratique, issu du SIdO :

Le groupe SEB capitalise sur une cocotte connectée. Un bel exemple d’objet connecté qui apporte une double dimension dans son offre de services : notifier son client lorsqu’un élément doit être changé sur la cocotte (comme le joint par exemple) et donner de bons conseils (temps de cuisson, température…). Lorsque l’objet se connecte en ligne, il alimente aussi le groupe SEB car il permet d’avoir un retour en temps réel sur l’appareil sans avoir besoin de tests utilisateurs.

Conclusion

Apporter de la confiance au consommateur et de l’utilité dans le service proposé sont 2 enjeux primordiaux. Aujourd’hui les marques doivent donc aussi intégrer les objets connectés dans leur équation digitale. L’autre enseignement, c’est l’avenir du couple formé par l’objet connecté et le smartphone. Se donner de la visibilité sur le mobile est une priorité. Pour vous apporter notre vision du “mobile first” et développer de nouveaux proof of concept, notre lab’ innovation vous accompagne à chaque étape de la conception de vos projets. Nos travaux du moment ? Enrichir l’expérience en magasin grâce aux balises beacons…