F8, c’est le nom de la conférence annuelle des développeurs de Facebook. C’est à coup sûr l’occasion d’annonces et de fonctionnalités que l’on retrouvera dans nos usages quotidiens dans quelques semaines. A l’occasion de cette édition 2017, nous avons retenu 4 enseignements intéressants du point de vue des usages et de possibilité de business :

Discover dans Messenger :
Pour l’utilisateur lambda, il n’est pas forcément simple de trouver un chabot dans l’immensité de l’offre existante qui est encore trop peu visible pour le grand public. S’il existe des annuaires du type BotPages ou Botlist, ils n’ont pas trouvé leur place comme sources de connaissances jusque-là. Cela est dû en partie à un déficit d’explication de la part des éditeurs, mais aussi de Facebook lui-même. Cela vient également d’une quasi absence de promotion et de marketing autour du sujet de la part des concepteurs de chatbots existants.
Avec l’ajout d’une fonctionnalité Discover dans Messenger, Facebook, qui effectue au passage un clin d’oeil au mode Discover de Snapchat, fait enfin oeuvre de pédagogie. Discover permettra de se connecter directement avec des fil de conversation de type « bot » de marques et de services. D’après les images diffusées lors de la conférence, l’interface est simple et directement intégrée à Messenger. Plusieurs niveaux de découverte sont proposés : En vedette, recherches les plus populaires, marques ou services interrogeables. Plus classiquement, une série de thèmes permet de susciter l’intérêt et d’inspirer l’utilisateur. Un moteur de recherche full-text délivre des résultats en affinité avec ses besoins. Plus original, une section « A proximité » recense les chatbots relatifs aux commerces et professionnels géolocalisés aux alentours du device utilisateur, une proposition d’articulation vers le local, ce qui peut avoir un intérêt serviciel évident pour des acteurs du commerce comme pour un réseau international d’enseignes de grande distribution comme pour un artisan.

Chat Extensions pour Messenger :
Le domaine de la conversation de groupe est un enjeu digital considérable tant au niveau professionnel qu’au niveau personnel. Chat Extensions se positionne sur ce second marché. Vous l’avez sûrement remarqué dans vos usages, les formes de conversation « entre potes » sont de plus en plus courantes au travers des outils conversationnels, elles se déroulent désormais via iMessage ou Messenger par exemple. Elles dessinent les contours d’une nouvelle sociologie digitale, celle des micro-communautés regroupées au sein d’un même fil de conversation. Reposant sur l’ultra affinité de ses membres, animée par un esprit unique de clan, elle construit une culture de bande à la puissance digitale. Ce mode de conversation est un canal d’appropriation et de réplication des usages sans équivalent. Immanquablement, ces canaux forment un espace où un groupe d’amis va adopter des comportements marketing similaires (vous avez dit instinct grégaire ?). L’idée de Chat extensions est de pouvoir partager des services au sein d’un même groupe comme la diffusion d’un titre via une plateforme de streaming musical (à laquelle il faudra que les membres du groupe s’abonnent tous), la réservation d’un restaurant directement pour un groupe de personnes et avec paiement individuel (éliminant le sketch de l’addition), la livraison de plats préparés ou la constitution d’une cagnotte partagée. Autant de propositions de service rémunérés à consommer mimétiquement dans la confiance de l’entre-soi 😉

M, le factotum de Messenger :
M, c’est le nom de l’assistant digital de Facebook désormais disponible aux Etats-Unis sur un panel d’utilisateurs éligible de la plateforme. A l’instar de ses concurrents, le principe propose l’accès vers des services payants selon un mode de relation automatisé qui repose sur les recherches en intelligence artificielle en cours chez Facebook comme chez toutes les entreprises digitales mondiales. L’originalité de la démarche consiste dans le recours à des trainers qui sont bien humains eux ! Les solutions et réponses délivrées peuvent être opérées par des personnes qui prennent le relais de l’AI pour suggérer des idées complémentaires ou sur-mesure. Cela permet d’entrainer l’AI. Si vous cherchez un cadeau pour un anniversaire, l’AI vous proposera des idées selon les goûts du futur heureux bénéficiaire. Le trainer, lui, vous proposera une attention plus originale, une sorte de « one more thing » dans le parcours client classique comme la livraison d’une carte d’anniversaire par drone par exemple. M est donc conçu pour ouvrir de nouveaux mode de conversions.

Instagram propose un mode hors-ligne
Fonctionnalité anecdotique lors de ce F8 2017 ? Que nenni ! Nous en parlons régulièrement dans ces colonnes, le mode hors-ligne est un enjeu important au cœur des futures stratégies digitales. Lors de ce F8,  c’est au tour d’Instagram, lui-même propriété de Facebook, de proposer des fonctionnalités en l’absence de réseau téléphonique ou de wifi. L’idée est que l’application Instagram fonctionne sans discontinuer. L’utilisateur d’Instagram (usage à vocation mobile exclusif) ne se rend par forcément compte que le réseau est indisponible, il remarque d’abord que l’appli ne fonctionne pas. Dans ces cas-là, l’utilisateur ne « reposte » pas forcement son média lors du retour de la connexion. L’expérience peut donc parfois générer des frustrations. Afin d’augmenter l’engagement client, de garantir la pérennité du service et de proposer une expérience seamless, Instagram permettra l’utilisation de ses fonctions clés en mode hors-connexion et allégé. Médias, commentaires, likes, mises en favoris et actions d’abonnement/désabonnement seront publiés automatiquement dès que le réseau sera recouvré. Cela va dans le sens du gommage des points de friction utilisateurs dans le parcours global dans l’optique d’une expérience plus réussie.